Animism - Definition of Animism

mercredi, 26 octobre 2016 20:11 Écrit par
Animism - Definition of Animism: All that is beautiful, magnanimous and altruistic comes neither from the cold reason, nor from the emotional heart, but rather from the soul. "Primitive peoples" believed in the existence of a soul for objects and animals, thus leading to the conviction in the existence of human soul; and the latter preceded the belief in the existence of a deity. Animism - Definition of Animism: All that is beautiful, magnanimous and altruistic comes neither from the cold reason, nor from the emotional heart, but rather from the soul. "Primitive peoples" believed in the existence of a soul for objects and animals, thus leading to the conviction in the existence of human soul; and the latter preceded the belief in the existence of a deity. Picture: Marc Chagall.

Animism is a power of the soul, its effect on men is always positive, somehow divine.

But what is soul?

It is the spiritual component of men in contrast to their body; it has nothing to do with mind and intellect, or with heart and feelings, as the ancient animists and the modern psychology of the unconscious believe.

The recognition of a living entity inside men able to survive after their death is a form of animism.

All that is beautiful, magnanimous and altruistic comes neither from the cold reason, nor from the emotional heart, but rather from the soul.

The belief in the existence of a human soul preceded the conviction in the existence of one or multiple gods.

It is the animistic component of men which urges them to save the life of another man in peril at the expense of their own interest or life: reason immediately highlights fears or any possible danger and eventually withdraws, while the heart intervenes only if it is emotionally engaged.  

Now, if we go back to the soul, we shall realise that all the so-called "primitive" people (even if, from an animistic point of you, we are the true primitive men!), such as the indigenous peoples of the Americas and the Andean peoples, firmly believed in the existence of a spirit which lived not only in men but also in objects and non-human beings (animals); therefore it can be regarded in my opinion, as a condition preceding the belief in the existence of a human soul.

Therefore, the recognition of something able to outlive men is the first form of animism.

Men possess one or multiple spirits also after their death (up to seven or even thirteen in Melanesia), however, at a later time, almost all the peoples have dissociated soul from spirit.

When it comes to the animism of the objects, the situation is far more complex, since their animism does not necessarily result from the objects themselves. When a child bumps into a table, he believes that the table may have a spirit because it is responsible for the accident.

Similarly, the Bible (Exodus XX, 28-29) inflicts penalties on a bull which has horned a man or a woman, thus clearly assuming an extensive form of animism.

In fact, if we believe in the responsibility of an animal, we are stating that it has a soul.

Animism improves the condition of men, and is a substantial part of their virtue; by way of example, the following proverbs are provided:

- Twin soul / soul mate;

- Love is composed of a single soul inhabiting two bodies;

- and then Faust, the protagonist of a famous work of Goethe, who sold his soul to the devil, i.e. he was ready to commit any offence (be ready to incurring at in any guilt).

Therefore, we soon realise the importance of animism for the comprehension of mankind.

 

Lit: 3383 fois Dernière modification le samedi, 20 mai 2017 11:43

Éléments similaires (par tag)

Dans ce paragraphe, je parlerai du nomadisme animiste et de ses mythes: au cours de l'histoire, il est enraciné dans la période des origines, alors que ni l'État ni les propriétés de la classe n'existaient, tandis que la loi de la vie régnait dans le monde, La Parole qui transmet les intérêts du Faible, avec la rationalité, la nouveauté et la vraie paternité spirituelle.

La «spiritualité» ne doit pas contrecarrer le corps et la matière; Le concept de l'esprit a été pathologiquement divulgué par les religions en développement, mais nous voulons l'Esprit comme une forme d'amour pour chaque type de matière, pour tous les corps, même sans liens de sang, puisqu'ils partagent tous la même origine cosmique, ils appartiennent tous Au même corps cosmique.

En ce sens, dans le cadre de l'animisme nomade, l'hospitalité est extrêmement importante: tout étranger (sans lien de sang) est sacré, les exclus sont accueillis avec plaisir, car ils sont le «futur dieu» qui apporte la nouveauté et le bonheur (comme en témoignent tous les nomades , Traditions hellénique, juive et amérindienne.)

Ce n'est que pendant la période de règlement que les étrangers sont considérés comme des ennemis à vaincre, parce que la nouveauté peut être liée à la mort, à la destruction, à la peur du futur ou même à «voir Dieu» (en fait, selon les anciens enseignements bibliques, ceux qui voient Dieu doit mourir.)

Au cours du cycle de vie des hommes et des livres, en particulier ceux qui traitent de la vie comme celle-ci, le chapitre final et la phrase de clôture sont - peut-être par hasard - les étapes les plus importantes. Probablement, certains articles ont réussi, quoique marginalement, à aborder ou à inspirer certains lecteurs, je voudrais donc ajouter: «Lors de la rédaction de ce texte, j'ai écouté mon cœur, qui a répondu à l'appel de notre temps troublé! J'ai décidé de soumettre nos travaux à des contrôles scientifiques constants afin de souligner la substance et le contenu, et maintenant je voudrais laisser mon coeur parler de l'importance du «mot» et du «temps» dans le prophétisme moderne.

Pour les hommes primitifs, le mot était sacré parce qu'il était considéré comme plus important que le message transmis.

À l'époque, les hommes parlaient très peu, et quand ils le faisaient, leur but était la communication de choses fondamentales comme les événements, les idées, les ordres et les enseignements.

Le mot comprenait l'autorité, la connaissance et une fonction vitale précise.

Tout comme le mot, le temps était très estimé et considéré comme une entité sacrée; En fait, les gens ont été agités et éclairés à la fois par la parole et par la croissance au fil du temps.

Le temps passe et ne peut pas être arrêté, nous devons donc grandir en termes d'animisme si nous voulons échapper à la mort.

De toute évidence, certaines hypothèses peuvent sembler ridicules, mais si nous nous arrêtons un moment et considérons ces idées, nous nous rendons compte que ce n'est pas aussi ridicule qu'ils pourraient apparaître au premier coup d'œil.

Certes, personne ne croit au caractère sacré de la parole et du temps, puisque les hommes eux-mêmes sont sacrés et dignes de respect.

Chaque personne est unique et irrépétable, tout comme chaque moment de sa vie.

Chaque moment doit être expérimenté avec de grandes attentes et de l'excitation pour chaque découverte.

La politique et la religion devraient être simples: je ne veux pas dire qu'elles sont faciles, mais elles ne sont pas compliquées, la vie n'est pas compliquée; Toutes les difficultés surgissent de l'esprit, ce qui, si laissé libre à courir, tend à prévaloir sur les autres.

Les politiciens et les philosophes trouvent très difficile - parfois impossible - de devenir humanistes (c'est-à-dire d'aimer l'humanité), car plus les connaissances sont profondes, plus la difficulté est grande, mais la difficulté dépend de nous; Nous le créons au moyen du pouvoir et de l'argent, mais la complexité ne peut pas correspondre avec simplicité, avec amour.

L'écart entre la politique et la religion consiste en ce que la religion, contrairement à la politique, doit être vécue mais pas comprise, la même tentative de compréhension empêche toute compréhension.

L'intellect peut résoudre tout problème à l'exception du problème lui-même: en fait, lorsque vous essayez de le comprendre, vous êtes pris dans un piège.

La politique des politiciens, qui s'asseyent sur des sièges confortables, est plutôt chaotique, elle fait preuve de notre esprit - qui est exposée à divers problèmes, mais qui ne comprend rien - et nous soumet au pouvoir et au puissant, et la monnaie est justement le signe de la valeur.

Dans ce contexte, l'or acquiert une valeur spéciale et devient une monnaie; Cependant, la politique introduit des obstacles techniques à sa circulation (l'or est considéré comme une pièce de monnaie), donc l'argent et l'or jouent un rôle politique local et parlent une langue compréhensible uniquement par les experts et les professionnels, ils portent des uniformes nationaux, qui peuvent être différents seulement Apparemment, mais ont en fait le même pouvoir: exploiter les travailleurs et les citoyens avec des taxes et des taxes exagérées.

Comment cette situation a-t-elle été réalisée? Le contexte dans lequel circulent l'argent (or) se décompose comme la circulation des biens domestiques - limitée par les limites établies par une communauté contrôlant la circulation générale des marchandises, y compris le «commerce des armes» caché, où les armes sont indicatives du " La richesse interne d'un peuple ", au lieu d'être utilisé comme moyen de défense.

Plus dans cette catégorie : « The Forgiveness Animiste Nomadisme »

Laissez un commentaire