Le Pouvoir de la Conviction

samedi, 31 décembre 2016 14:44 Écrit par
Le Pouvoir de la Conviction, la foi, si elle n’est pas simplement traditionnelle, naît de trois facteurs: désir, démonstration, répétition. Le Pouvoir de la Conviction, la foi, si elle n’est pas simplement traditionnelle, naît de trois facteurs: désir, démonstration, répétition. Le Pouvoir de la Conviction. La foi provient du désir, de la démonstration et de la répétition. Image: Gety Bisagni - En regardant la Lune.

Disons-le de façon claire, il y a des personnes qui sont tellement liées à leurs convictions et n'acceptent ou ne partagent pas celles des autres.

Me voici prêt à vous expliquer le pouvoir de la conviction, comment sa force puisse nuire aux personnes.

Il est facile de montrer que les convictions sont toutes-puissantes et que toutes les formes de pouvoir dérivent de ces dernières

Par exemple: les armées sont inutiles si les soldats ne croient pas dans la cause pour laquelle ils combattent, ou bien, lorsqu'il s'agit de mercenaires, s'ils ne sont pas convaincus que leur commandant est capable de les mener à la victoire.

Même la loi est inutile si elle n'est pas respectée.

L'opinion religieuse s'est souvent montrée plus puissante que l'Etat.

On pourrait conclure que les convictions sont le pouvoir fondamental dans les rapports sociaux.

L'on considère par tradition que les convictions ont des origines mentales, mais cela est vrai seulement pour les origines prochaines: sur le fond nous trouvons toujours, par contre, une force exercée au service de quelques doctrines.

Aujourd'hui il y a l'habitude de nier à la raison une force déterminante dans les affaires humaines: le succès scientifique est la démonstration précise du contraire.

Les hommes de science montrent aux profanes intelligents qu'une certaine attitude intellectuelle est favorable à la puissance militaire et à la richesse, et tous désiraient à tel point ces choses que la nouvelle attitude intellectuelle a vaincu sur celle du Moyen âge malgré la force de la tradition, les rênes de l'église et les sentiments liés à la théologie catholique.

 

On me dit que l'orthodoxie et la vertu me mèneront au Ciel après la mort ; je prends plaisir à croire cela, et donc, fort probablement je le croirai.

La cause de la foi n'est plus dans la science, l'évidence des faits, mais la sensation de plaisir dérivant de la conviction, avec une force affirmative si vigoureuse qu'on rend croyable la conviction elle-même.

 La force de la publicité appartient au même type.

Il est agréable de croire en les pilules, parce qu’elles nous donnent de l'éspoir d'une santé meilleure; et il est possible d'y croire si leurs qualités nous sont répétées avec une fréquence et emphase suffisantes.

La propagande doit se concentrer sur des désirs déjà existants, mais elle remplace à l'épreuve des faits les répétitions continues.

La foi, si elle n’est pas simplement traditionnelle, naît de trois facteurs: désirdémonstrationrépétition.

S'il n'y a ni désir ni démonstration, il n'y aura pas de foi!

Pour créer une foi de masse, c'est-à-dire qui a de l'importance sociale, il faut qu'il y a tous les trois les éléments même si en quantités différentes, la qualité totale de foi peut rester inchangée.

Pour faire accepter une conviction qui dispose de peu d'épreuves, il faut une propagande plus intense que pour une conviction vastement montrée ; l'une et l'autre offrent aux désirs les mêmes satisfactions ; et ainsi de suite.

Je disais que la propagande doit se concentre sur le désir: pour le confirmer je peux citer la faillite de la propagande d'État lorsqu'elle s'oppose au sentiment national.

 Le pouvoir appliqué à la conviction, comme toutes les autres formes de pouvoir, tend à se fondre, à se concentrer, à mener à un monopole d'État.

 

Il y a toutefois quelques exemples importants exercés sur les convictions.

Le plus intéressant est celui de la pensée scientifique.

Aujourd'hui la science est encouragée par l'État, mais dans l'époque ancienne les choses ne se passaient pas comme ça: Galilée a dû abjurer, on a empêché à Newton de devenir directeur de la Zecca, Lavoisier a été guillotiné parce que "la république n'a pas besoin de scientifiques".

Pourtant, ces hommes et même d'autres comme eux, ont été les créateurs du monde moderne, et leur importance sur la vie sociale a été plus profonde que n'importe quel autre homme passé à l'histoire, sans exclure Christ et Aristote.

Le seul autre homme dont l'influence a eu une importance semblable a été Pythagore et son existence n'est pas certaine.

Lit: 2921 fois Dernière modification le lundi, 21 août 2017 19:51

Éléments similaires (par tag)

Le pouvoir et les limites des doctrines fanatiques.

Le pouvoir et la force d'une communauté ne dépendent pas seulement des membres ou des composants et de leur nombre, mais beaucoup sur la composante économique, mais encore plus sur la doctrine qui prophétise et que tout le monde réalise. Voyons donc comment une doctrine fanatique (et nous voyons encore aujourd'hui avec les Isis) augmente souvent le pouvoir d'une communauté.

Aujourd'hui, ils sont à la mode, peut-être plus qu'avant, leur influence sur le pouvoir a une grande importance pratique, donc une nation ou un groupe de fanatiques a des chances de succès en guerre, c'est un obstacle majeur à la démocratie et aux peuples démocratiques en général; Il a plus de succès qu'un pays où il y a une grande population d'hommes sages.

Considérez ceci à la lumière de l'histoire.

Il est possible de constater que les cas dans lesquels le fanatisme a mené au succès sont beaucoup plus connus que ceux dans lesquels ils ont échoué, car ces événements sont restés dans l'obscurité.

Certes, un examen trop rapide peut induire en erreur; Il est évident que si nous restons en garde, il est facile de l'éviter.

Un exemple classique du pouvoir fanatique était celui du socialisme national d'Hitler, mais aujourd'hui, nous devons nous rappeler que l'exemple maximal du pouvoir fanatique est représenté par l'histoire de l'islam.

Muhammad n'a jamais ajouté quelque chose à la connaissance et aux ressources matérielles des Arabes, mais quelques années après sa mort, ils avaient acquis un vaste empire en vainquant les puissants voisins; La religion fondée par le Prophète était un élément important et essentiel du succès de la nation.

 Le fanatisme pendant la vie de Muhammad et pendant quelques années après sa mort, a rejoint la nation arabe, appelé la force à la bataille avec la promesse du paradis à ceux qui sont morts en train de se battre contre les infidèles.

Laissez un commentaire