L'Éthique de pouvoir, Mais il y a une énorme différence entre le pouvoir en tant que désir et comme fin en soi. Photo: le roi David est réprimandé par le Prophète Nathan pour avoir volé la femme à son sujet pour la faire mariée. L'Éthique de pouvoir, Mais il y a une énorme différence entre le pouvoir en tant que désir et comme fin en soi. Photo: le roi David est réprimandé par le Prophète Nathan pour avoir volé la femme à son sujet pour la faire mariée. Photo: Marc Chagall: Roi David (1951).

Nous savons que les mots, peut-être pas tous, ont un pouvoir, car il faut dire des mots risqués mais calibrés, significatifs. Chaque mot a donc un pouvoir, alors je vous montre «l'éthique du pouvoir» pour ceux qui utilisent des mots pour communiquer aux gens, aujourd'hui les gens du réseau.

J'ai déjà parlé des maux du pouvoir, mais est-il possible d'avoir du bien du pouvoir? Voyons comment?

Ascétiquement avec une exhortation: abandonner l'exercice d'une influence (énergie) soit bénéfique soit mauvaise chez ses camarades, utilisez le chemin du milieu, considérez ceci: cherchez une vie meilleure, un meilleur travail, un monde meilleur pour l'individu.

Nous voyons certains politiciens, certains mystiques, les prédicateurs de toute race et couleur qui sont convaincus que l'abandon du pouvoir est le bien des gens, ils l'ont fait parce qu'ils croient que renoncer, ils laissent l'individu libre, mais en réalité ils ont abandonné Seulement de certaines façons: parce que s'ils avaient renoncé complètement, ils n'auraient pas proclamé certaines doctrines, n'auraient pas fait le bien pour leur propre bien, ils n'ont renoncé au pouvoir coercitif, mais pas à la persuasion!

Mais il y a une énorme différence entre le pouvoir en tant que désir et comme fin en soi.

Quiconque le veut en tant que moyen, a eu une certaine forme de désir et veut trouver la condition pour le faire se produire.

Ceux qui veulent le pouvoir comme fin, choisissent son but à la lumière du possible, du bien ou du mal, pour le réaliser même sur la peau des autres.

Un petit exemple pour mieux comprendre: ceux qui veulent mettre en œuvre certaines mesures, participer à la vie publique (politique), qui veut l'exercer comme succès personnel accepte tout programme utile à ce désir, mais ce sera un compromis; Pour mieux comprendre, mes pensées se tournent vers le Christ dans le désert, on lui offre tous les royaumes de la Terre s'il s'était plié à adorer Satan; On lui a offert le pouvoir d'atteindre son But, son but, qui n'était pas celui qu'il voulait atteindre son but.

Nous voilà! Tous les hommes modernes sont exposés à cette tentation!

Je dis que si cela doit être bénéfique, il doit être connecté à un but autre que celui d'une puissance pure et simple.

Il faut également savoir qu'il y a une autre condition que l'amour du pouvoir doit se rencontrer s'il veut être bénéfique, il doit se connecter à un but avec les souhaits des personnes qui subissent les effets de ce but, de plus les moyens de les atteindre Les buts ne devraient pas avoir d'effets secondaires en nombres aussi importants pour compenser la bonté des fins.

Comme la convoitise est assez forte pour influer sur les actions des hommes, plus d'un peut penser.

L'éthique du pouvoir dépend des formes d'amour que l'on a pour elle et pour le tempérament de chaque homme, la morale du pouvoir ne doit pas être divisée en légitimes et les autres comme illégitimes.

Cette morale a deux aspects, au moins depuis le temps des prophètes hébraïques en avant; D'une part, l'institution sociale, d'autre part une question de conscience individuelle, la morale positive est plus ancienne que la personne personnelle, et peut-être plus ancienne que la loi elle-même et le gouvernement.

L'exemple le plus évident de l'alliance entre le pouvoir éthique et le pouvoir moral est l'imposition de l'obéissance: les enfants ont eu le devoir d'obéir à leurs parents, la femme au mari, les serviteurs aux maîtres, les sujets aux principes, les laquais aux politiciens, etc. .

Répondez à cette question: existe-t-il une doctrine éthique concernant le pouvoir?

Si la vie sociale doit satisfaire les désirs sociaux, elle se fondra sur une philosophie qui ne provient pas de l'amour du pouvoir.

 

Une réflexion

 Allons faire une distinction sur le plan conceptuel entre la loi - le pouvoir de l'État: l'État fonde sa pratique en matière de pénalités, sur les inégalités de classe, alors que la loi fonde sa pratique sur le consentement, c'est-à-dire la raison pour laquelle il réduit les privilèges de classe, c'est-à-dire Sur la défense de plus faible par le plus fort.

L'État n'est pas ce que l'on voudrait, mais c'est ce qui est devenu dans l'histoire, avec ses «corps distincts».

La loi (écrite ou non écrite) est la structure d'état non identifiée, en effet, leur genèse est antithétique.

L'Etat saisit la lettre de la loi pour codifier les inégalités.

L'état comme expression actuelle de privilège; L'expression de loi de la liberté et du tueur de tous les privilèges de classe, à la lumière du monde des prophètes.

Lit: 3276 fois Dernière modification le vendredi, 18 août 2017 14:59

Éléments similaires (par tag)

On nous a demandé : "Vu que le Prophétisme Moderne parle souvent de Dieu je voudrais savoir votre idée sur Dieu et quelle religion vous professez. Que signifie ce mot ? Existent-ils d'autres Dieux ? Qui sont-ils ?"  - 

R.  Dans l'instant où tu n'es pas, tu es un Dieu toi aussi.

Je voudrais cependant te faire remarquer que le Prophétisme Moderne a toujours appelé cette entité "La Grande Lumière", je t'expliquerai ensuite pourquoi.

Mais passons à Dieu.

Dieu n'est pas quelque chose de spécial ; Dieu est notre propre être.

Dieu est notre propre existence.

Lorsque je vous dis que vous êtes Dieu, je dis tout simplement que nous existons, que tu existes !

Dans notre langage l'Existence est Dieu, ils sont synonymes.

Nous affirmons que même les arbres, les animaux sont Dieu, ainsi que les étoiles, et vous.

Bien sûr, toi aussi qui me lis, ou qui m'as écrit, tu es Dieu !

Vous ne le saviez peut-être pas.

Vous pouvez ne pas être conscients de votre essence divine.

Nous en sommes conscients !

Et dans l'instant où nous sommes devenus conscients de notre essence divine, nous sommes devenus conscients même de l'essence divine de tous les autres.

Donc il est difficile de vous dire combien de Dieux ils existent.

Une infinité… Tous les êtres sont des Dieux à de différents niveaux de reconnaissance, de réalisation, de conscience.

 

Mais passons à comprendre le problème de notre ami qui a écrit.

Les Occidentaux ne réussissent pas à comprendre plusieurs choses, parce que leur idée de Dieu est une idée extrêmement limitée, motivée par le Christianisme et des religions similaires.

Vous avez une idée de Dieu très restreinte.

En Orient, surtout en Inde on a d'autres mots pour définir Dieu : aucune autre langue n'a cette richesse de langage.

Il est évident, vu que pendant des siècles on a travaillé dans la dimension intérieure, il est naturel qu'on a suivi toutes les possibilités inhérentes à l'existence de Dieu.

C'est comme pour les Esquimaux : nous avons entendu qu'ils ont neuf noms différents pour définir la neige, parce qu'ils connaissent toutes les différentes qualités de neige existantes.

Aucune autre langue ne possède neuf noms pour définir la neige, personne ne la voit si souvent.

Et cela vous surprendra de savoir que Bouddha n'a jamais cru en aucun Dieu, et Christ dans la prière du Notre Père a laissé entendre que le Créateur est le Père de tous, que dans chacun de nous il y a la graine Paternelle Divine.

 

En sachant que Dieu est à l'interieur (et hors dans l'existence) de nous, je vous dis clairement que vous avez été "bénis" par l'existence.

La grâce a descendu sur nous.

Et dans l'instant où arrive la vision (la connaissance) tu disparais, tu n'existes plus.

Ceux qui sont "bénis" sont quelqu'un qui n'existe plus.

Nous ne sommes pas, Dieu est : celle-ci est l'expérience qui vous rend bénis.

Ce paradoxe doit être compris.

L'homme ne rencontre jamais Dieu.

L'homme peut seulement se dissoudre, disparaître ; à ce point Dieu existe.

Dans votre existence descend la présence de Dieu.

Le travail entier de la religion tend simplement à vous aider à disparaître en tant qu'ego.

 

Dans l'instant où tu regardes à l'intérieur de toi-même et il n'existe pas un Je, on ne trouve pas d'ego, mais un silence total, un vide absolu, ce qui montre que la matière s'est stabilisée… vous êtes Dieu.

 

Tu n'es pas Dieu contre les autres ; ce n'est pas que les autres ne sont pas Dieu alors que toi tu l'es.

Vous êtes Dieu parce que dans ce cas seulement Dieu est !

Donc nous ne disons pas que nous sommes Dieu alors que les autres ne le sont pas.

En nous déclarant, nous déclarons que vous êtes divins vous aussi ; et pas seulement vous : les animaux, les oiseaux, les roches, l'entière existence se compose seulement et uniquement de Dieu.

Nous ne disons pas que nous sommes plus saints que vous, même pas que nous sommes plus spéciaux que vous.

Nous disons simplement que nous sommes "disparus", et dans cette disparition est tombée la grâce, est née l'extase : vous êtes entrés ainsi dans la "Grande Lumière" qui est Vérité.

Pensez que toutes les religions, vraiment toutes, croient que vous avez une âme, que vous venez au monde avec l'âme.

Giorgio  Gurdjieff est le seul homme, dans toute l'histoire de l'humanité, qui a dit une chose incroyable importante: "Vous n'avez pas une âme".

Le seul! En dépit des diverses religions.

La voix de G. Gurdjieff se lève toute seule dans l'histoire entière, et affirme que pas tous les hommes ont une âme; la demeure de l'âme est vide.

Il y a une possibilité : vous pouvez travailler pour la créer, mais on ne naît pas avec une âme.

Je le sais, comme le sais G. Gurdjieff, que vous venez au monde avec une âme, mais l'idée qu'on nait avec une âme n'a pas été très utile.

Elle a endormi l'homme encore plus : oui, on naît avec une âme, Dieu est a l'interieur de toile règne de Dieu est à l'interieur de toi, tu devrais faire quoi encore?

Travailler durement pour obtenir ces choses que tu n'as pas à l'interieur de toi, je parle de l'argent, le pouvoir, la respectabilité; parce que personne ne dit : "Chaque enfant naît avec l'argent (je ne parle pas de l'argent des parents ou hérité !), chaque enfant naît avec le pouvoir politique, chaque enfant naît respectable". Personne ne le dit.

Considérons maintenant les dernières déclarations du prophète «Personne», qui ne doivent pas être tenues pour acquis, mais examinées et discutées, en plus de la Déclaration populaire des droits de l'homme.

"Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité et que l'avènement d'un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l'homme." (Préambule).

 

- Neuf: un Gouvernement Mondial

Je soutiens un seul gouvernement mondial.

Dans ce cas, les guerres n'auraient plus lieu et la plupart des militaires seraient licenciés.

Ces personnes seraient utiles et offriraient leur propre contribution si elles pouvaient coopérer avec les autres hommes, et la pauvreté disparaitrait.

De nos jours, soixante dix pour cent du produit national national de tous les pays est destiné à l'armée, alors que la population fait face aux trente pour cent restants.

Si l'armée disparaissait, cette soixante-dix pour cent revenirait à tous les citoyens.

La pauvreté n'est pas inévitable, les mendiants ne sont pas inévitables!

Ces mendiants, ces Ethiopies sont le résultat de notre société.

D'une part, nous créons des puissantes armées et, d'autre part, nous affligons des milliers de personnes.

Les armées sont inutiles.

Des soldats, des tueurs professionnels et des criminels, des personnes formées pour commettre des crimes.

Et nous enseignons aux hommes comment tuer leurs camarades.

Il n'y a pas d'humanité et de civilisation quand, même aujourd'hui, soixante dix pour cent de nos ressources servent à tuer d'autres hommes.

Laissez un commentaire